Chroniques

Vie de Prince du 22 Mai 2017

​Bandal, vendredi matin. Je m’apprête à redémarrer ma voiture lorsqu’il s’approcha de moi.

-« Naza na mbongo te » (Je n’ai pas d’argent), lui balancé-je directement, étant sur que, vu son accoutrement, il s’agissait d’un de ces shegués (enfants de la rue) habitués à quemander dans les rues de Kinshasa.
– « Non, me répondit-il. Je ne viens pas pour votre argent. J’ai juste besoin de quelqu’un à qui parler.
Je fus surpris par son français quasi impeccable. En effet, ce n’est pas tous les jours que je pouvais croiser un shegué maniant si bien la langue de Molière.
-« Monsieur, c’est votre voiture »? 
Sa question me fit rire. Je descendis de la Toyota, décidé de m’entretenir avec mon nouvel ami.
« Yo, zela, okomona!  Akoyiba yo tshombo na yo. Oko teyama!, entendis-je derrière moi. « Ba shegués oyo bazalaka ba ndoki, prêtre, keba! », ajouta quelqu’un d’autre. (Toi, attends, il te piquera ton  GSM, en plus ces enfants sont des sorciers, tu verras!)
-« Tu veux voler mon télephone? Lui dis-je en blaguant et en lui tendant mon smartphone.
– » Ah, monsieur, arrêtez… »
Il s’appelait Moïse. Il avait 10 ans et avait grandi dans la commune de Ngiri-Ngiri. Ses parents avaient divorcé et le nouveau mari de sa mère ne voulait pas de lui. Son père?  Sans travail, vivait dans un « studio » chez l’un de ses amis. Sans freres et soeurs et rejeté par sa famille, Moise a trouvé dans la rue, son salut. Et cela, depuis Noel  de l’année  dernière.
« -Monsieur Prince,  vous avez des enfants?  Combien? »

Ce petit ange m’avait ému. J’ai eu envie de l’aider, de faire quelque chose d’utile pour lui…
-« Comment tu fais pour manger?. Tu  passes la nuit où comme  ça? Tu as des amis? Tu ne fais pas des  betises,ein!!!
-« Non, monsieur Prince, je ne suis pas comme ça »
Nous traversons la rue. J’avais décidé de lui acheter un paquet des papiers mouchoirs qu’il pourrait revendre et se faire un peu d’argent comme bénéfice.

– » Vous allez prendre des mouchoirs de quelle couleur, monsieur Prince? »
-Allez , on va faire un deal. Prends ces mouchoirs, vends-les. Ca t’aidera. Sur ce papier, je t’ecris mon numéro de téléphone. Je te donne aussi cet argent. C’est pour m’appeler, ein! A 17h30, j attends ton coup de fil, si tu ne le fais pas… 
-« Merci beaucoup monsieur Prince »
Quelques heures plus tard. 17h30. Mon téléphone sonna. C’était Moïse….
#viedeprince

Prince Djungu

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *