Mme Solange Nyenyezi lance une caisse de solidarité populaire pour les femmes

Mme Solange Nyenyezi lance une caisse de solidarité populaire pour les femmes

​Les conditions des vies et le manque d’accès aux revenus des femmes n’ont pas laissé Mme Solange Masumbuko Nyenyezi indifférente. En marge de la journée internationale de la femme, Mme Solange, la représentante de l’ADEAC a lancé une Caisse de Solidarité Populaire d’Epargne et de Crédit (CASOPEC) le vendredi 10 mars courant dans la salle de l’Ecole Lestonnac dans la commune de Selembao.
Devant une salle remplie comme un œuf, Mme Solange a lancé les activités de la caisse de Solidarité Populaire d’Epargne et de Crédit, qui aura pour but de donner aux femmes membres de sa plateforme les micro-crédits rotatifs. 
A en croire Mme Solange, l’initiatrice ce projet, les crédits octroyés aux femmes sont rotatifs. Cela veut dire que les premiers remboursements des premières bénéficiaires seront octroyés à d’autres femmes et ainsi de suite. Cette première phase est rendue possible grâce un accompagnement d’une Banque de la place.
Dans son speech, Mme Nyenyezi révèle que cette caisse est en réalité un prototype de la grande vision de sa plateforme d’implanter une Banque populaire qui aura pour mission de booster l’émergence de la classe moyenne d’ici 2030 et susciter l’esprit entrepreneurial en accompagnant les femmes avec des petits projets jusqu’à leur réalisation. 
« Je crois que pour moi, l’autonomisation économique donne à la femme trois pouvoirs : décider, choisir ce qu’elle aime et accéder aux revenus » a souligné Mme Solange. « Mon combat de tous les jours et ce qui constitue mon crédo est d’accompagner  les femmes à découvrir leurs talents et à les capitaliser. » a-t-elle ajoutée. 

Pour parvenir à une planète 50-50, Mme Nyenyezi suggère aux femmes de mettre ensemble les « temps, travail et talent », ce qu’elle appelle les 3 T. 

Au cours de cette rencontre avec les femmes, Mme Solange a également annoncé pour le compte de l’ONG Action for Développent and Empowerment for Africans Communities », en français « Action pour le Développement et l’autonomisation des communautés africaines » (ADEAC), l’ouverture d’un centre Auto-Ecole et d’un atelier de fabrication des briques pour les jeunes filles et garçons. 
Mme Solange Nyenyezi ne compte pas seulement s’arrêter aux mamans. Elle envisage également dans le cadre des activités du mois de mars, organiser une autre rencontre avec les jeunes filles et garçons pour les encourager à l’auto prise charge et à l’entrepreneuriat. 
Samuel Matondo