Accueil Business Events Société

Autonomisation de la femme congolaise : 30 jeunes filles formées par la plate-forme MUASI TELEMA

Trois coachs, trois thèmes développés en trois jours. Plus de 30 jeunes filles congolaises, étudiantes et diplômées d’Etat, viennent d’être renforcées en capacité dans les domaines de l’Agribusiness, l’entrepreneuriat social et l’entrepreneuriat culturel à l’issue d’une formation organisée par la plateforme Muasi Telema. C’était du 31 août au 02 septembre au centre Pépinière de la Gombe.

Pour faciliter l’éclosion de la jeune fille et de les rendre autonomes, les trois coachs Arlene Agneroh, Nadège Bope et Deo Vuadi ont échangé avec les jeunes filles sur ces trois différents thèmes d’une manière pratique. Les jeunes filles étaient réparties en trois groupes restreints avec un encadreur, question de rendre la formation plus participative.

Arlene Agneroh, a partagé son expérience en entrepreneuriat social avec les jeunes filles. Elle a lancé un appel:« Eduquons les filles en leurs donnant des concepts-clés pour qu’elles impactent positivement leurs familles et leurs communautés».

Nadège Bope a encouragé les jeunes filles à se lancer dans l’agribusiness. Elle a dans son intervention, donné les multiples opportunités que ce secteur regorge. Pour elle, les filles doivent entreprendre d’une manière durable en pensant aux générations futures.

De son côté, Deo Vuadi, a étalé les avantages de se lancer dans l’entrepreneuriat culturel. Pour rendre pratique ses propos, il a donné quelques bases fondamentales pour créer une PME. D’après lui, il est temps de pousser les jeunes vers l’innovation.

Crédit photo : La couronne photographie

A la fin de ces trois jours, les participantes étaient ténues à présenter un petit projet réalisable, dans le but d’évaluer l’assimilation de la matière reçue. Satisfecit, cet exercice en vaut la chandelle.

Cette initiative ne manque pas d’ambitions, la coordination de Muasi Telema veut atteindre la majorité des jeunes filles kinoises. Dans l’entretemps, les coachs suivront de près l’évolution de chaque participante pour la concrétisation de leur projet.

Madame Prisca Mbongoviel, la coordonnatrice de Muasi Telema, n’a pas caché sa satisfaction sur le déroulement de ces trois jours de formation. Elle avait pour finalité de mettre sur le marché un groupe de jeunes filles bien outillées qui vont se lancer dans l’entrepreneuriat culturel, l’entrepreneuriat social et dans l’agribusiness.

Ces trois jours de formation auront des conséquences positives sur l’éclosion de ces jeunes filles congolaises.

Samuel Matondo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *